~|icon_calendar~|elegant-themes~|outline
15/07/2020
~|icon_tag_alt~|elegant-themes~|outline

5 morales de contes pour guider votre création de contenu

Des contes, nous en connaissons tous ! Forêts magiques, chateaux, fées…cet univers a bercé notre enfance, et nous a aidés à grandir.  Mais savez-vous qu’aujourd’hui encore, toutes ces histoires peuvent nourrir votre réflexion sur le contenu ? Là, vous vous dites que je vais vous proposer un article sur le storytelling. Eh bien non ! A mon humble avis, la rédaction de contenu demande avant tout une certaine posture, un savoir-être. J’ose même lâche le mot : une morale. Cela tombe bien, il y a en forcément une dans chaque conte. Voici une petite balade nostalgique parmi les plus beaux contes de notre enfance, avec peut-être quelques leçons à en tirer !

conte

Les souhaits ridicules

Le pitch 

Un bûcheron obtient de Jupiter le droit de formuler trois vœux. Par mégarde, il en formule un premier : manger du boudin. Voilà qui est en deçà de ce que vous auriez imaginé, non ? Pourtant, la bêtise ne s’arrête pas là. Enguirlandé par sa femme, le bûcheron en vient à souhaiter que le boudin s’accroche au bout du nez de son épouse. Et hop, un second vœu mal utilisé ! Quant au troisième vœu, il consiste tout simplement à mettre fin au sort. Résultat : la femme retrouve son nez, mais le couple n’a finalement rien gagné. C’est ballot…

Ce qu’il faut retenir pour vos contenus

Ce conte illustre parfaitement le poids des mots, mais aussi à quel point nous pouvons tous mal utiliser les dons que nous recevons. Quand vous imaginez vos contenus, pensez-y ! Quels sont vos dons ? Comment les utiliser au mieux ?

Quant aux mots, soyez vigilants, et souvenez-vous qu’ils vous engagent. Quel que soit le support, ne formulez pas des souhaits et opinions à tort et à travers. Tournez sept fois votre langue dans votre bouche avant de prendre la parole, cela vous évitera une communication qui tourne en eau de boudin 😊. Pour en savoir plus sur ce thème, je vous renvoie à un article dans lequel j’explique que rédiger du bon contenu, c’est aussi savoir s’abstenir.

La petite Poucette 

Le pitch 

Poucette est une minuscule petite fille. Née dans une tulipe, elle dort dans une coquille de noix. Une nuit, elle se fait enlever par un crapaud voulant la marier de force à son fils. Elle réussit à s’échapper mais croise le chemin de  méchants hannetons qui l’insultent puis d’une souris qui veut à son tour la marier (cette fois, à une veille taupe). Heureusement, Poucette est sauvée par une hirondelle qu’elle a aidée auparavant, laquelle la dépose sur une fleur. L’histoire se termine par la rencontre de Poucette avec un petit prince, qui l’épouse et fait d’elle la reine des fleurs.

3 idées à méditer pour vos contenus

Primo, pas besoin d’être « grand » pour y arriver ! Si vous êtes à la tête d’une TPE-PME, ou même indépendant, vous pouvez tout à fait sortir votre épingle du jeu et proposer des contenus intéressants en travaillant votre personal branding. Poucette réussit bien tout un tas de choses incroyables, alors vous voyez, ce n’est pas la taille qui compte !

Secondo, vous ne remarquez pas une chose ? Poucette naît dans une fleur, et finit, après bien des misères, à trouver l’amour au pays des fleurs. Et si, pour vous comme pour elle, le retour aux sources était la clé ? Si vous voulez qu’on trouve votre entreprise séduisante, ne cherchez pas midi à quatorze heures, ne vous éloignez pas de vos racines, de votre ADN. C’est à cet endroit que vos clients vous attendent, et que serez le plus heureux. Exploitez-ça dans vos écrits !

Enfin, vous vous souvenez que si l’histoire de Poucette se termine bien, c’est aussi parce qu’elle reçoit de l’aide de la part de plusieurs protagonistes (des poissons, un papillon, une hirondelle…). De votre côté, que diriez-vous d’obtenir de l’aide pour créer vos contenus ? Collaborateurs, prospects, clients…réfléchissez-y ! Tous peuvent être source d’inspiration, voire contributeurs.

Les habits neufs de l’empereur

Le pitch 

Un empereur fashion victime est approché par deux escrocs qui lui promettent de lui confectionner un habit incroyable, en réalisant un travail d’une telle finesse que les idiots ne pourraient pas le voir. Les escrocs font semblant de travailler. Finalement, aucun habit n’est confectionné, mais tout le monde, par crainte de paraître sot, feint de s’extasier devant l’étoffe imaginaire. L’empereur défile donc nu, jusqu’à ce qu’un petit garçon ose le dire, et que le rire gagne toute la foule.

Le MESSAGE à GARDER EN TÊTE POUR VOTRE STRATéGIE DE CONTENU

Par peur d’avoir l’air idiot et à force de vouloir suivre le mouvement général, on en arrive parfois à des situations ridicules ! Si vous ne comprenez pas un conseil que vous avez lu sur la communication, si vous ne voyez pas l’intérêt d’une stratégie dont on vous vante les mérites, faites-vous confiance : ne suivez pas comme un mouton ! Le mieux sera toujours de garder la maîtrise de ce que vous pensez, dites et faites, en toutes circonstances.  

Peau d’âne

Le pitch 

Un roi promet à sa reine mourante qu’il épousera une femme plus belle qu’elle. Manque de bol, seule sa propre fille peut rivaliser ! Face à la demande en mariage incestueuse de son père, la princesse conditionne son accord à la confection de trois robes (l’une couleur du temps, l’autre couleur de lune, et la dernière couleur du soleil). Le roi parvient à lui offrir ces robes incroyables. La princesse demande alors une peau d’âne, qu’elle utilise pour fuir et devenir une souillon. Un jour, un prince la découvre vêtue de sa robe couleur de soleil. Il tombe immédiatement amoureux et garde en souvenir une bague qu’elle a laissé tomber dans un gâteau. Il organise ensuite un test pour retrouver la jeune femme, en demandant à chaque demoiselle de venir essayer la bague au château. Peau D’âne se présentera vêtue comme une souillon mais BINGO, son doigt est le seul à pouvoir entrer dans la bague.

à retenir dans votre rédaction de contenu

Si Peau d’âne finit par trouver l’âme sœur, c’est parce que ça matche. C’est d’ailleurs la même chose que pour Cendrillon, dont le pied entre parfaitement dans la pantoufle de verre. Pourtant, au moment de l’essayage, aucune de ces deux héroïnes n’est à son avantage. Je ne sais pas vous, mais moi, j’y vois quelque chose d’encourageant. Quelque part, il y a forcément quelqu’un qui vous attend, pour qui vous êtes vraiment. Vous croyez que je vous parle d’amour ? Oui, ça marche aussi, mais là, je vous parle de séduction par les mots. Quand vous prenez la plume, mobilisez toute l’essence de votre marque, sans pour autant surjouer dans le côté « drague ». Votre identité suffira forcément, même sans apparats, à convaincre ceux qui doivent l’être. A vous de trouver le truc (l’équivalent de la bague ou de la pantoufle) pour qu’ils s’aperçoivent que vous êtes la bonne personne !

La Belle au Bois dormant

Le pitch

Vous connaissez forcément l’histoire de la Belle au bois dormant. Un mauvais sort jeté à une princesse (censée se piquer avec un rouet et mourir à 15 ans), une bonne fée qui limite la casse (finalement, pas de mort à l’horizon, mais un sommeil profond)…puis 100 ans de gros dodo, jusqu’à ce qu’enfin, un prince parvienne à sortir la belle de son sommeil, grâce à un baiser.

Temps long et slow content

Patience, patience, patience…voilà, tout est dit ! De la même façon que la Belle au Bois attend fort longtemps avant de pouvoir être trouvée par le prince, vous devez avoir à l’esprit que créer du contenu et obtenir des résultats ne se fait pas en un claquement de doigts. C’est frustrant ? Agaçant ? Carrément énervant ? Oui, mais c’est comme ça, alors voyez le « temps long » comme un allié. Faites les choses bien, en prenant le temps de savoir quoi écrire pour qui, mais aussi de soigner votre style et l’orthographe. Vous verrez :  un moment, ça paye (et je vous rassure, pas besoin d’attendre 100 ans).

 

 

La morale de cet article ?

Je suis intimement convaincue que nous avons tous des choses intéressantes, même adultes, à tirer des morales de contes.  Celle que je préfère ? Certainement celle de Riquet à la Houppe, qui nous rappelle que la beauté se cache partout, et qu’il y a forcément des trésors à révéler chez chacun, au-delà des apparences.
Vous ne voyez pas bien quelles pépites mettre en avant dans votre activité ? Appelez-moi et laissez-moi enquêter ! Je vous écouterai avec la plus grande curiosité car, n’en déplaise à Charles Perrault, je ne suis pas de ceux qui pensent que c’est’un vilain défaut (#BarbeBleue).

Photo : unsplash/King Lip